Alyaexpress News : archétype du négationnisme sioniste concernant le « rayer Israël de la carte ».

Posted on juin 7, 2012

4



La semaine dernière, je publiais sur ce blog (et AgoraVox ) une mise au point vis à vis du Canard Enchaîné, qui continuait de reprendre le mensonge selon lequel Mahmoud Ahmadinedjad, le Président iranien aurait souhaité « rayer Israël de la carte ». C’est sans surprise qu’en achetant l’hebdomadaire satirique ce mercredi que je n’ai pu trouver trace d’une quelconque mise au point vis à vis de ce sujet, pourtant utile pour démontrer que l’industrie médiatique peut véhiculer des mensonges grossiers qui peuvent ensuite être instrumentalisés à des fins politiques. Bref, ce n’est qu’une preuve de plus qu’il n’existe en France aucun titre avec une quelconque notoriété publique qui soit véritablement « libre » au niveau de sa ligne éditoriale. Rappelez-vous d’ailleurs ma publication concernant Médiapart où je me demandais (question de rhétorique), si la ligne éditoriale de ce média pure player était atlantiste. Malgré l’accord de Christophe Gueugneau (ancien rédacteur en chef du Nouvelobs.com, et journaliste officiant dans l’équipe d’Edwy Plenel) d’organiser un débat, mes demandes sont ensuite restées lettres mortes, à l’exception de Thomas Cantaloube (responsable de la rubrique internationale) qui a avancé un problème d’emploi du temps. Tout cela pour dire, que lorsque l’on commence à regarder dans les détails, à tenter de discerner le parti-pris idéologique en analysant le traitement partial de l’information, en mettant en exergue ce que certains cherchent à rendre discret, on se rend bien compte que le peuple français n’a à sa disposition aucun organe de presse pertinent capable de le protéger des fourberies de ses élites. Au contraire, la norme dans la sphère journalistique semble plutôt être à la collaboration avec les ennemis du peuple. Si les journalistes ne s’insurgent pas contre cette entreprise organisée de l’ignorance, qui le fera ?

Enfin, je me suis ici égaré. Mon article au sujet de cette petite phrase a fait l’objet d’un petit « buzz » dans les milieux sionistes. Effectivement, j’ai eu l’honneur de faire l’objet d’un billet de la part d’une officine propagandiste au nom évocateur (Alyaexpress News – l’alya représentant la « montée » en Israël, soit l’immigration depuis la « Galut » ou diaspora). Je ne perdrais pas du temps à démonter leur argumentaire (qui s’appuie sur des sources corrompues, des attaques ad hominem et un grossier procès d’intention), mon article était suffisamment clair, et il ne faisait d’ailleurs que reprendre des travaux qui ne font plus l’objet d’aucun débat chez les analystes sérieux. Que cherchent avant tout ces gens ? A me salir pour discréditer mon propos, et à maintenir les juifs dans l’ignorance de ce fait révélateur des manipulations dont ils font l’objet par les sionistes. Le site, vraisemblablement basé en Israël, a de toute façon bien peu de chances de pouvoir être inquiété pour ses méfaits.

On pourrait se demander à quoi pourrait servir de diffuser une propagande aussi grossière, violant tous les principes de l’honnêteté intellectuelle et du journalisme, car n’importe quel individu doté d’un ordinateur avec Internet est capable de démontrer que cet article n’est qu’une farce. Mais le public visé ici n’est pas une grande audience, il s’agit avant tout des plus fanatiques et endoctrinés du sionisme, comme les lecteurs du site animé par Jean-Patrick Grumberg Dreuz.info. Ceux-là n’en ont que faire de la vérité. Atteints de dissonance cognitive aigüe, ils ne prêtent attention qu’aux informations qui vont dans le sens de leurs croyances. Étant donné que le sionisme est pétrit de contradictions, il est finalement logique que les contenus rédactionnels destinés à promouvoir cette idéologie n’aient aucun rapport avec la réalité factuelle. Ces articles-poubelles servent ensuite de référence aux ouailles sionistes qui trouvent en ces lignes réconfort et justification de leur parti-pris pro-israélien.

Ce négationnisme organisé, violation perpétuelle de la Vérité, est bien plus influent et néfaste que n’est celui que les agitateurs d’épouvantails comme Streetpress cherchent à coller sur le dos des libres penseurs pour les diaboliser. Et pourtant, il opère impunément, sans que personne ou presque ne se lève pour le dénoncer. Dans quel monde vivons-nous ? Les valeurs semblent être totalement inversées. Ce qui est faux est promu et érigé en modèle, en normes, et ce qui est vrai est discrédité ou occulté. Les propagandistes sont invités sur les plateaux télés, alors que les chercheurs de vérités sont qualifiés de « conspirationnistes » ou « d’antisémites »… Il est compréhensible qu’avec si peu d’informations de qualité diffusées dans les médias traditionnels (presse/tv/radio), le public puisse être trompé. Mais avec Internet, comment est-il encore possible de se poser la moindre question sur la pertinence de l’accusation qui touchait le Président iranien, ou concernant la crédibilité des versions officielles des évènements du 11 septembre ?

Le public doit se responsabiliser, et se méfier davantage de ce que disent ceux qui osent prétendre parler en leur nom ou les représenter. Car finalement personne, mis à part une poignée d’individus corrompus (99 vs 1%?) n’a d’intérêt à ce que cette situation perdure. Relevons la tête !

Publicités