De la nécessité de briser ses disquettes mentales : Another brick in the wall

Posted on janvier 9, 2012

2


Another brick in the wall, Pink Floyds, 1982

We don’t need no education
We dont need no thought control
No dark sarcasm in the classroom
Teachers leave them kids alone
Hey! Teachers! Leave them kids alone!
All in all it’s just another brick in the wall.
All in all you’re just another brick in the wall.

We don’t need no education
We dont need no thought control
No dark sarcasm in the classroom
Teachers leave them kids alone
Hey! Teachers! Leave them kids alone!
All in all it’s just another brick in the wall.
All in all you’re just another brick in the wall.

« Wrong, Do it again! »
« If you don’t eat yer meat, you can’t have any pudding. How can you
have any pudding if you don’t eat yer meat? »
« You! Yes, you behind the bikesheds, stand still laddy! »

Il semble que de nombreux faits sont tout simplement ignorés par la population, qui a décidé qu’elle ne devrait pas se ronger les sangs avec des sujets complexes et polémiques, sur lesquels ils ne pourraient de toute façon avoir d’impact. Cette réaction, proche du « syndrôme du larbin » amène les citoyens passifs à perpétuer malgré eux un système qu’ils cautionnent ou même qu’ils disent ne pas cautionner, cédant au pessimisme et à l’inaction. Mais il faut réaliser que cette entreprise de castration des esprits par la censure médiatique est à son plus fort niveau. D’énormes affaires sont passées sous silence, alors qu’elles ont causé des centaines de milliers de morts…

On me dit souvent que je suis un conspirationniste… Moi, je ne crois que ce que je vois. Il y a des dizaines et des dizaines d’éléments qui nous permettent de mettre en avant la domination de la population par la confiscation des droits politiques et du droit à l’information. Comment les citoyens peuvent-ils exercer leur droit le plus sacré, c’est à dire élire des représentants pouvant les représenter dans leur intégrité,  si l’offre politique est monopolisée par une poignée d’oligarques hypocrites, corrompus, souvent inconscients, parfois impuissants ? Comment peuvent-ils exercer un choix éclairé si les informations auxquelles ils ont accès sont biaisées ?

C’est cela, et uniquement cela qui m’inquiète. Je n’ai pas d’autre ambition dans ma démarche que de demander plus de démocratie, plus de transparence, plus de justice. Tout crime doit être puni, même s’il est perpétré par des puissants.

Le changement viendra de l’éveil de la population. Nous vivons une période merveilleuse où les esprits sont en ébullitions, prêts à s’accorder autour d’un projet commun démocratique. Un espèce de Front National Citoyen est en train de naître en France, à mesure que la crise avance et que les relations se nouent.

Mais cet éveil est complexe. Parce que l’humain est souvent guidé par de nombreuses normes sociales qu’il a intégré, et qu’il lui est difficile de remettre en question. Bourdieu appelle cela l’habitus. Il est donc nécessaire d’opérer un processus de déconstruction du réel perçu pour se rattacher au réel factuel. Ce qui semble invraisemblable n’a pas moins de chance d’arriver qu’une autre chose. Plutôt que d’accepter d’emblée la posture officielle des événements, il faut chercher à comprendre. A demander pourquoi.

Non, avant de m’intéresser à ces sujets, je ne savais pas que l’on pouvait volontairement sacrifier 3 000 de ses citoyens pour encourager la population à participer à une entreprise guerrière destructrice ! Les scandales de l’agro-alimentaire, du pharmaceutique, des réseaux pédo-criminels, des sociétés secrètes… Force est de constater que nous n’avons pas tous la même notion de l’humanité et que certains cherchent à imposer un système dans lequel le peuple souverain ne pourrait s’exprimer de façon démocratique et n’aurait pas le droit à une vie saine.

« Le peuple a changé de chaînes, et non de destinée » disait déjà Maximilien Robespierre en 1794 lorsque les contre-révolutionnaires confisquèrent le droit de vote du peuple en instaurant le suffrage censitaire et qu’une conspiration (selon ses propres mots)vsemblait se mettre en place . L’oligarchie politique qui s’est constitué en ces temps à prospéré, les données sociologiques nous indiquant que la classe politique (surtout les très hauts postes, ou postes clés) reste très majoritairement occupés par des individus des classes dominantes. Il n’est pas question ici de complot judéo-maçonnique, seulement de paradigmes vérifiables.

S’il y avait une responsabilité politique de nos élites et qu’elles étaient sensibles à l’opinion publique, alors ce système pourrait fonctionner. Or, c’est bien loin d’être le cas. Les français sont dégoutés des partis politiques… Si certains ne savent pas pour qui voter, d’autres ne savent même pas s’ils vont voter. Tout simplement car le système bipartiste, dominé par l’UMPS et aimablement animé par le FN, agissant en épouvantail consentant du système.

Alors pour aller de l’avant, les citoyens devront réaliser qu’ils ne vivent pas en démocratie. Cette phase doit faire l’objet d’un débat démocratique transparent, et sans tabous, afin que lumière soit publiquement faite sur ces faits sans coupables.

Publicités