La quenelle médiatique du 06/01 : Jeanne d’Arc !

Posted on janvier 6, 2012

2


Aujourd’hui, la machine Sarkozy a réussi à mettre à l’ordre du jour médiatique Jeanne d’Arc.

Non usé de piocher dans l’idéologie du Front National, Nicolas Sarkozy semble tenter de s’attirer à lui des voix frontistes. Mais les media, une fois de plus, se sont jetés sur cet os ! Malheureusement pas pour des réflexions de fond…

Voilà l’évènement du jour, le déplacement de sa majesté à Dom Rémy dans les Vosges pour le 600e anniversaire de Jeanne d’Arc :

Et les laquais ont accouru, s’empressant de faire fleurir les marronniers, et de sonder la sphère politico-médiatique (captures non exhaustives bien sûrs…):


Si l’on est attentif, on remarquera que malgré quelques angles intéressants ou critiques, tous ne franchissent jamais la ligne de dénoncer cette occupation de l’espace médiatique au détriment d’autres sujets plus importants, qui EUX devraient faire la une. Chacun fait son beurre sur ce genre d’histoire, journalisme facile d’un côté, possibilité de s’adresser aux masses sans problème ni filtre critique (je caricature) pour l’autre.

Je me demande donc, pourquoi tous les media se sentent-ils obligés de tous parler de Jeanne d’Arc, plus ou moins de la même façon, le même jour ? Elle est bien gentille Jeanne d’Arc, mais elle est morte ! Inquiétons plutôt de ceux qui vont mourir ! D’autant qu’une étude historique de l’attitude du royaume de France à l’égard de Jeanne d’Arc nous apprend que notre action (celle de la France) fût honteuse envers elle. Voilà ce qu’il aurait fallu souligner, et nous faire pardonner.

Quoi qu’il en soit, la date d’anniversaire de Jeanne d’Arc est une information mineure, c’est un simple fait historique instrumentalisé par un homme qui n’a aucune vision pour la France.

Ah ! Il semble que nous soyons définitivement entrés dans un monde du fait divers. Mon ultime déclic a été la couverture médiatique des affaires DSK : je n’avais jamais vu ça de ma vie, autant de temps perdu sur une affaire de moeurs ! Avec un final magnifique, où Claire Chazal, l’amie d’Anne Sinclair (elle présentait 7/7), invite l’ex cador du FMI pour qu’il régurgite pendant 25 minutes, devant 13,5 millions de français, ce que son agence de communication lui avait préparé. Et la journaliste ne mouftait pas ! Bref…

Ils tentent de détourner notre attention, mais nous devons rester lucide. Il y a des solutions aux crises en cours, débattons-en ! Voilà les problématiques qui devraient être mises à l’agenda ! Pas des futilités politiciennes d’hommes et de femmes avides de pouvoir ! Nous, public, méritons mieux que cette (dés)information continue, où un fait chasse l’autre, où les voix dissidentes sont stigmatisées et censurées… Nous ne voulons pas qu’on nous dise comment penser, mais que l’on nous donne tous les éléments en présence pour pouvoir le faire. Mais il est certain qu’un réel débat démocratique et transparent causerait la perte de quelques uns…

Nous devons nous demander qui tire profit de la République. Est-ce le peuple, qui a délégué son pouvoir par l’urne ? Ou bien est-ce ce que certains appellent : le 1% ? Je crois que jamais, depuis l’établissement du suffrage universel, nous avions vécu une telle crise politique entre les élus et ceux qu’ils sont censés représenter. Malgré ces criantes dissensions (les chiffres sont légions, allez donc voir les baromètres du CEVIPOF) je ne comprend pas pourquoi les media s’évertuent à s’exciter autour de petites phrases et de faits-divers, alors qu’ils ne prennent pas le temps d’écouter les aspirations profondes de la population. Nous ne voulons une démocratie, pour mettre en place un Etat juste. Pour être juste, cet Etat doit être transparent avec sa population, sauf pour quelques sujets évidemment sensibles. Car aujourd’hui, lorsqu’il s’agit d’alliances, de guerres, d’économie, de financements occultes, de sociétés secrètes, de manipulations (11 septembre, Afghanistan, Irak, Libye, Ben Laden, la dette publique, la création monétaire, les réseaux pédo-criminels, les OGM, l’état de délabrement de la Terre, les chemtrails…) si une voix s’élève pour discuter du sens profond de ces faits alors on crie au conspirationnisme, et zou, le sujet est clos !

Oui mais… quand est-ce qu’on discute vraiment de ce qu’il s’est passé ? Bin… sur Internet, des cafés citoyens, dans des bouquins… Dans la sphère médiatique : c’est oula-oula si on se met à parler de conspiration ! Comme si les complots, c’était juste bon pour les autres. On peut envisager que l’UMP ait voulu faire tomber DSK, mais on ne peut pas se dire que les Etats-Unis aient organisé et tiré profit du sacrifice de 3 000 de ses citoyens. C’est tellement énorme pour l’esprit qu’un homme sain rejettera d’emblée cette affirmation. Et pourtant, tous les faits sont là, et contredisent les versions officielles (car elles ont évolué…) des évènements. Mais cela est possible parce que tout simplement, la vie humaine n’a pas autant d’importance pour tout le monde. Certains se pensent supérieurs à nous et pensent qu’ils peuvent nous mépriser.

L’idée n’est pas ici de régler des comptes et de couper des têtes, non. Ce que je veux mettre en avant, c’est que l’on s’est bien moqué de nous pendant des années. Maintenant… il faudrait que chacun prenne son avenir politique en main et se désolidarise  de la classe politique vendue à d’autres intérêts que ceux du peuple. Un projet d’Assemblée Constituante est en train de naître, j’ose espérer que cette initiative sera entendue, car elle est une belle occasion pour rassembler tous les citoyens vers un projet plus démocratique, moins corrompu.

Publicités